Droit à la différence, sans différence de droits
Droit à la différence, sans différence de droits
Droit à la Différence sans différence de droits
Droit à la Différence sans différence de droits

Rassemblement de soutiens du Front Uni des Immigrations et des Quartiers Populaires

Les z'informés, le 11 mars. Beur FM. Les Chibanis de la SNCF.

Les z'informés de Beur FM, Chibanis de la SNCF .
Abdelkrim Branine et son équipe de choc, nous ont permis d'expliquer le combat des Chibanis, en procès pour discrimination contre la SNCF. La partie concernant les Chibanis de la SNCF commence à 19mn 30s. Les z'informés, est une émission journalière de Beur FM, qui passe à 20h00, et traite l'information avec un panel d'invités d' horizons divers.
PAD_LES_ZINFS_11_03_15 Chibanis.mp3
Fichier audio MP3 [15.3 MB]

Les z'informés, le 26/08/2015. Discrimination à la SNCF.

Les z'informés de Beur FM, les Chibanis et le racisme à la SNCF.
PAD_LES_ZINFS_26_08_15.mp3
Fichier audio MP3 [15.1 MB]

 

 

                       COMMUNIQUE :

 

 Depuis plus de dix ans, 850 Chibanis cheminots se battent contre la SNCF pour discrimination, ils font valoir leurs droits devant le Conseil des Prud'Hommes de Paris. Ces cheminots qui ont contribué à ce que la SNCF est, aujourd’hui, ils ont sacrifiés leur santé dans les métiers les plus pénibles, la SNCF est parti au Maroc, pour recruter des cheminots, afin que le travail que les autres cheminots ne voulaient pas faire, soit fait, notamment la pose et la maintenance des voies ainsi que le travail dans les dépôts de triage des trains, qu’ils déplaçaient à l’aide de barres de fer. Ces cheminots à part entière, sont discriminés sur leurs évolutions de carrière laissés aux plus basses qualifications en les cantonnant aux tâches d’exécution et en les empêchant de passer les concours internes, ce qui fait qu’ils gagnent un salaire largement inférieur à celui de leurs collègues français. La discrimination s’est aussi portée sur la protection sociale, en les privant des avantages sociaux qu’ont tous les cheminots et en rallongeant  leurs temps de cotisation à la caisse de retraite qui est augmentée de sept ans. Le montant des retraites qui leur est versé, est en moyenne deux fois inférieur à celui de leurs collègues cheminots et les pensions de réversion aux veuves sont ridicules. Une partie de ces Chibanis ont été titularisés en cours de carrière, et en échange, ils ont dû accepter d’être rétrogradés et ont perdu jusqu'à quinze ans d’ancienneté dans l’entreprise. Ces faits, que la SNCF ne conteste pas, sont clairement discriminatoires et appellent à l’indignation de tous. Cette situation est identique à celle des anciens combattants, à celle des mineurs du Nord et d’autres… Les faits sont là, mais on promet 25 ans de procédures à ces pères de famille dont les enfants sont des français, qui voient les droits de leurs pères bafoués. Le silence assourdissant des syndicats, qui ne se prononcent pas sur le sort de 850 de leurs collègues cheminots, est révélateur du clivage malsain entretenu par la direction, entre les différents « types » de travailleurs. Les revendications de ces Chibanis sont: A travail égal, salaire égal. A travail égal, protection social égale. A travail égal, retraite égale. Ces demandes sont légitimes et doivent être défendu par tous. Une société qui ne respecte pas ses anciens, n’a pas d’avenir.

 

Manifestation de soutiens des Chibanis de la SNCF, le 21 septembre 2015 à 13h00.

 

Devant le Conseil des Prud'Hommes de Paris.

 

27, rue Louis Blanc 75010 Paris. Métro Louis Blanc Ligne 7

 

Venez nombreux soutenir les Chibanis

 

Une société qui ne respecte pas ses anciens, n'a pas d'avenir.

 

 

 

 

 

 

 

                 Procés de 916 Chibanis

           de la SNCF, pour discrimination
            LES 23 ,24 ET 26, 27 MARS

                             A PARIS.

 

 

Les Chibanis de la SNCF, durant toute leur carrière, ont été discriminés par rapport à leurs collègues français, comme eux cheminots. Nous demandons : A travail égal, salaire égal. A travail égal, protection sociale égale. A travail égal, retraite égale.

 

EXTRAIT DE LEUR CONTRAT DE TRAVAIL :

 

 Le travailleur doit recevoir à travail égal, une rémunération égale à celle de l’ouvrier français de même catégorie employé dans l’établissement ou à défaut d’ouvrier français remplissant ces conditions, une rémunération conforme au taux couramment pratiqué dans la région.  

L’égalité de traitement s’étend également aux indemnités s’ajoutant au salaire.

 

Le contrat doit être respecté. Une société qui ne respecte pas ses anciens, n'a pas d'avenir.

   

Rassemblement de soutiens :

le 26 mars à 13h00 devant les prud'hommes :

27 rue Louis Blanc 75010 Paris.

M° Louis Blanc L7

     
          Droit à la Différence.org

 

 

D'hier à aujourd'hui.

Les temps changent, le racisme se prolonge, et les discriminations continues Le racisme traverse le temps, il change de stratégie, s'adapte, et les discriminations continuent. La bataille pour l'égalité au travail continue, comme d'habitude, sans les syndicats.